Industrie automobile : Feu vert pour 40 usines en Algérie

0
79

Les concessionnaires contactés hier par nos soins ignorent la liste des heureux bénéficiaires et affirment n’avoir pas été informés jusqu’ici.

Annoncé en décembre dernier par le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, l’élargissement de la liste dite “5+5 Auto” a finalement touché 40 opérateurs qui avaient déposé des dossiers au ministère de l’Industrie et des Mines pour investir dans le montage automobile.
L’information, qui avait fuité lundi soir, à l’issue de la réunion du Conseil national d’investissement consacré à la validation de deux dossiers, en l’occurrence celui de Peugeot Algérie et de Renault Trucks, a fait tache d’huile tant sur les réseaux sociaux que dans les milieux initiés du secteur automobile.
Contactés par nos soins, des concessionnaires ont indiqué, hier, n’être pas au courant de la liste. “Effectivement, nous avons eu vent de l’élargissement de la liste à 40 opérateurs, mais nous ne sommes pas au courant des détails, encore moins des noms des constructeurs retenus. En revanche, c’est une bonne nouvelle qui soulagerait ceux qui avaient investi des sommes colossales dans ce créneau et qui sont intéressés par la dynamique du gouvernement pour lancer une véritable industrie automobile en Algérie.” Selon un autre opérateur, “il suffira de modifier certaines dispositions du décret exécutif n°17-344 du 28 novembre 2017 fixant les conditions et les modalités d’exercice de l’activité de production et de montage de véhicules. Cela permettrait d’instaurer de nouvelles règles pour exiger aux maisons mères d’apporter un capital de 49% et d’exiger également de transférer le savoir-faire. À partir de là, le tri se fera naturellement et il n’y aura que les vrais investisseurs. Pourquoi exige-t-on 50% d’apports de capitaux en Chine et pas chez nous ?” Interrogé sur les 40 opérateurs retenus par le Premier ministère, il dira que “cela pourrait se faire sans aucune contrainte. À mon sens, il y aura du véhicule de tourisme, du lourd, des engins de travaux publics, du motocycle, de la pièce de rechange sans que cela affecte le montant que pourrait débloquer le gouvernement pour importer les kits de montage”. Il dira, à titre illustratif, qu’“il suffirait de réduire à deux le nombre de modèles pour chaque marque et de définir les besoins dès le départ, notamment en fixant le nombre d’unités à fabriquer la première année et les futurs contingents qui sortiront des usines suivant le taux d’intégration”. Bien plus, le gouvernement pourrait, selon la même source, “imposer à ces 40 opérateurs retenus de diversifier leurs activités en investissant, par exemple, dans les kits GPL, les nouvelles technologies, la pneumatique, la vitre, le plastique, les accessoires, etc. C’est de cette façon qu’on pourra surpasser cette crise qui a mis à genoux ce secteur névralgique”. À propos de la marque Kia qui fait son retour au groupe Elsecom, une source digne de foi a indiqué qu’“aucune notification n’a été envoyée à ce groupe pour le moment”. Autrement dit, les heureux bénéficiaires et dont les dossiers avaient été validés par le Premier ministère “feront l’objet de convocations pour la mise à jour de leurs dossiers d’investissement, et ce, avant de passer aux prochaines étapes liées à l’octroi d’assiettes de terrain, au financement du projet et l’installation de la logistique pour débuter la production”, nous explique la même source.
En revanche, cette nouvelle liste pourrait aboutir à la limitation, voire à la facture d’importation des kits en SKD pour maîtriser les dépenses en devises.
En ce sens, une source proche de l’Association des concessionnaires et des constructeurs (AC2A) a indiqué que “cet aspect pourrait figurer parmi les amendements qui devront toucher le cahier des charges en vigueur depuis décembre dernier, et ce, aux côtés des mesures fiscales et parafiscales”.
Pour rappel, pour le moment, seul le Premier ministère avait retenu dans le segment du véhicule particulier (VP) 5 opérateurs (Sovac Production, Renault Algérie Production, Tahkout Manufacturing Company (TMC) pour la marque Hyundai, Peugeot Algérie, et Nissan Algérie et 5 dans le véhicule utilitaire (VU) et le lourd (camion et bus), à savoir Iveco, Savem du groupe Haddad, la société Frères Salhi pour MAN, Isram, GM-Trade des associés Mazouz et Namroud pour 3  marques chinoises (Schacman Higer et Chery).

Source : Algerie360.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire
Entrez votre commentaire ici